Home / Guerre raciale / Italie : devenue l’héroïne de l’immigrationnisme, une éthiopienne se fait éclater le crâne puis violer par le migrant ghanéen qu’elle exploitait

Italie : devenue l’héroïne de l’immigrationnisme, une éthiopienne se fait éclater le crâne puis violer par le migrant ghanéen qu’elle exploitait

Leutnant
Démocratie Participative
01 Janvier 2021

Une histoire multiculturelle pour bien démarrer l’année 2021 !

Sputnik News :

La police a interpellé un Ghanéen de 32 ans qui a tué avec un marteau et violé une migrante éthiopienne considérée comme un symbole d’intégration en Italie. Selon l’agence de presse italienne ANSA, c’est une dispute sur un salaire impayé qui est à l’origine de ce meurtre.

Agitu Ideo Gudeta, migrante éthiopienne de 42 ans devenue un symbole d’intégration en Italie, a été tuée avec un marteau et violée dans sa ferme dans la province autonome de Trente située dans le nord-est de l’Italie où elle élevait des chèvres pour son commerce de fromage, rapporte mercredi 30 décembre l’agence de presse italienne ANSA.

Le tueur a été interpellé par la police. Il s’agit d’un employé ghanéen de 32 ans qui a reconnu les faits lors de l’audition. Selon lui, c’est une dispute sur le non-paiement de son salaire mensuel qui l’a poussé à cet acte. Ainsi, il lui a assené quatre ou cinq coups de marteau à la tête dans sa chambre avant de la violer.

Le viol de cadavre fait partie du rituel vaudou.

Agitu Ideo Gudeta avait fui l’Éthiopie en 2010 après avoir mis en colère les autorités locales en participant à des manifestations contre «l’accaparement des terres» par le gouvernement.

Des militants, dont Agitu Ideo Gudeta, avaient accusé les autorités de réserver de vastes étendues de terres agricoles aux investisseurs étrangers.

En arrivant en Italie, elle a pu utiliser les terres communes des montagnes du nord pour construire sa nouvelle entreprise. Son histoire a été couverte par de nombreux médias internationaux comme un exemple de ce que les migrants pouvaient accomplir lorsqu’ils en avaient la chance.

Quand les migrants d’Afrique « en ont la chance », ils font passer d’autres migrants clandestins en Europe pour les exploiter et vivre la belle vie. Quelle surprise!

Une croix de fer pour le justicier ghanéen.

Commentez l’article sur EELB.su